Imprimer ce Page

Le choeur de chambre « Les TEMPERAMENS VARIATIONS » à RICHEBOURG, le 8 Mars 2015

« Les TEMPERAMENS VARIATIONS », choeur de chambre, 

à RICHEBOURG, le dimanche 8 mars 2015, à 17h. église St-Georges.

Présentation du concert par le musicologue Gilles CANTAGREL

Le choeur de chambre « Les TEMPERAMENS VARIATIONS », dirigé par Thibault Lam Quang, et accompagné à l’orgue positif par la grande organiste Helga Schauerte-Maubouet, nous interprètera une intégrale des motets de J.S. Bach.

Et nous aurons la grande chance de bénéficier d’une présentation par Gilles Cantagrel, le renommé musicologue et spécialiste de J.S.Bach.

 

Tempéramens variations

Les Temperamens Variations

 

 Les TEMPERAMENS VARIATIONS

Créé en 2005 par Thibault Lam Quang, qui en assure depuis la direction musicale et artistique, le Choeur de chambre Les Temperamens Variations rassemble une vingtaine de chanteurs non-professionnels d’un excellent niveau musical et vocal,
et donne une dizaine de concerts par saison. L’ensemble est basé à Paris.

Les Temperamens Variations abordent un vaste répertoire – sacré ou profane, a cappella ou accompagné – qui balaie près de cinq siècles de musique, de la Renaissance espagnole à nos jours. Cette variété de styles s’accompagne d’un souci de cohérence dans l’élaboration de ses programmes, répondant à des logiques thématiques qui permettent d’illustrer une époque, l’évolution d’une forme musicale, ou un groupe de compositeurs ayant des liens stylistiques forts ou a contrario de styles opposés.

Tout en forgeant son identité au contact des grands musiciens du passé, l’ensemble a noué des relations privilégiées avec des compositeurs vivants tels Ivan Bellocq et Alain Kremski, lesquels ont tous deux écrit des oeuvres pour Les Temperamens Variations Au-Delà d’Ivan Bellocq (2007), Anima Christi (2011) et O que s’éveille mon extase (2013) d’Alain Kremski.

Enfin, reflet de la richesse humaine et de l’engagement de ses membres, Les Temperamens Variations, tout en se produisant dans des cadres prestigieux comme la basilique de Vézelay, le Grand-Palais de Paris, la Marienkirche de Lübeck ou en tant qu’invités de divers festivals (Festival de Masevaux, Festival Musiques Vivantes de Vichy, Festival des Forêts de Compiègne, Festival Bach de Toul…), ont à coeur d’aller à la rencontre de publics inhabituels, comme au centre de détention de Melun, ou en se produisant pour des causes comme les Restos du Coeur.

Le travail effectué par Les Temperamens Variations sur le répertoire baroque allemand est encouragé par les sociétés internationales Schütz et Bach.

Le choeur de chambre Les Temperamens Variations vient de sortir son troisième CD, Jesu, meine Freude, consacré au motet baroque allemand. Les deux précédents, Esprit Romantique et d’Un Coeur qui t’Aime, étaient respectivement consacrés aux  répertoires sacrés romantiques germaniques et français.

Thibault Lam Quang

Thibault Lam Quang

Thibault LAM QUANG, direction musicale

 

Thibault Lam Quang commence l’étude de la musique par le saxophone avec lequel il obtient deux Premiers Prix au CNSM de Paris. Il étudie ensuite le piano avec Serge Petitgirard et Jean Micault à l’Ecole Normale de musique de Paris, ainsi que l’accompagnement du lied allemand auprès de Gerda Hartmann et de John Whitelaw.

Parallèlement, il effectue un parcours universitaire aboutissant à l’obtention d’une Agrégation de musique.

Il étudie ensuite le chant auprès de Philippe Téchené, Essiah Bey Lagoun, Marie-Claire Cottin, Isabelle Poulenard, Geneviève Marchand et Jorge Chaminé, ainsi que la direction de choeur auprès d’Alain Boulfroy, Valérie Fayet au CNR de Caen et Marianne Guengard au CNR de Boulogne-Billancourt où il obtient un premier prix de direction et le DEM de direction de choeur.

Il se perfectionne auprès de chefs de renommée internationale tels que Michel-Marc Gervais et Frieder Bernius. Enfin, il étudie la direction d’orchestre auprès de Jean-Sébastien Béreau au CNR de Lille et de Jean-Jacques Werner dans le cadre de la Schola Cantorum de Paris.

Après avoir créé et animé la classe de chant choral à l’Ecole nationale de musique de Mantes en Yvelines et fondé le Choeur de chambre Variations en septembre 2003, il se consacre au Choeur de chambre Les Temperamens Variations depuis septembre 2005.

Il assure la direction artistique et chante au sein de l’Ensemble Simplicissimus, spécialisé dans le répertoire baroque allemand du XVIIème siècle. Dans le cadre de ses activités au sein de l’Education Nationale, il a dirigé le choeur de l’Académie de Paris au Théâtre du Châtelet et au Studio 104 de la maison de la Radio, a fondé Profs en C(h)oeur, choeur des professeurs d’éducation musicale de l’académie de Paris, et a animé des stages de direction d’ensembles vocaux.

Enfin, il consacre une partie de son temps à des activités de chanteur soliste au sein d’ensembles baroques, ou de récitals de lieder avec piano.

 Helga Schauerte-Maubouet, orgue

Helga Schauerte

Helga Schauerte

De par ses concerts, ses enregistrements discographiques (une trentaine de CD parmi lesquels l’intégrale de l’oeuvre pour orgue de Dietrich Buxtehude, de Jehan Alain, de Bach (en cours), portraits de Buttstett, Corrette, Reger, Boëllmann, Dubois, Langlais) et ses ouvrages de musicologie (une trentaine de partitions), Helga Schauerte est considérée comme « l’une des meilleures organistes actuelles et l’une des rares à honorer le noble titre d’interprète » (Piano Magazine n° 42/2004).

Outre le toucher très précis et très maîtrisé, ce sont l’intériorité et la clarté de la pensée qui constituent ses grandes forces musicales. Selon la critique internationale, elle appartient à cette rare catégorie d’interprètes « créatifs » qui abordent les oeuvres avec une réelle conception.

Titulaire des orgues de l’église évangélique allemande de Paris, professeur d’orgue au conservatoire du 9° arrondissement et à l’EMFA de St-Cloud, elle poursuit une brillante carrière de concertiste en Europe et aux Etats-Unis (conférence, master-class, membre de jury). En 2006, elle fonde à Pontaumur en Auvergne une académie d’orgue annuelle consacrée à J.S. Bach.

Gilles Cantagrel, présentation du concert

Musicologue, écrivain et conférencier.

Dans sa jeunesse, il pratique l’orgue et la direction chorale, puis s’oriente vers le journalisme et la communication.

Il dirigea les programmes de France Musique. Il est l’auteur d’une série de films sur l’histoire de l’orgue en Europe. Il a été maître de conférences à la Sorbonne, donne des conférences en Europe et Amérique du Nord, et participe à des jurys de concours internationaux.

Il est administrateur d’institutions comme le Centre de musique baroque de Versailles, et membre du conseil de surveillance de la Fondation Bach de Leipzig.

C’est un grand spécialiste de Bach, parmi ses nombreux ouvrages sur la musique, plusieurs lui ont été consacrés. Et depuis quelques années il participe au Festival Bach en Combrailles, au Festival Bach à Pâques, au Festival Bach de Lausanne et au Festival Bach de Montréal. Il est un expert reconnu du Kantor de Leipzig.

Les motets de Johann-Sebastian BACH

Un motet (diminutif de « mot ») est une composition musicale apparue au XIIIième siècle, à une ou plusieurs voix, avec ou sans accompagnement musical, courte et écrite à partir d’un texte religieux ou profane.

Pour en savoir plus sur le MOTET, son origine, ses différentes formes et évolutions au fil des siècles, ouvrir le document : MOTET

On ne présente plus Johann-Sebastian Bach, né à Eisenach (Thuringe) le 31 mars 1685 et mort à Leipzig le 28 juillet 1750. Son oeuvre, diverse et d’une qualité constamment exceptionnelle l’a depuis longtemps placé au premier rang des musiciens chez la plupart des mélomanes et musiciens.

js_bach

Exemple vénéré par les grands classiques (Mozart), les grands romantiques (Mendelssohn, Schumann, Brahms), les post-romantiques (Reger) et les modernes (Webern, Villa-Lobos), il tient cette « universalité » de la sûreté de sa science musicale qui lui a permis de fréquenter aussi bien les formes musicales qui l’ont précédé que celles, nouvelles, qui s’offraient à lui, mais également de la profondeur de son inspiration. Celle-ci se traduit, d’un côté par une jubilation constante et parfois exubérante, mais également par l’expression d’une certaine nostalgie de la mort à la fois chrétienne et « romantique ».

Cette apparente dualité aura rarement trouvé meilleur lieu d’expression que ses motets. En effet, conçus pour des services funèbres ou commémoratifs, ceux-ci ont pour fonction d’aider les fidèles – morts ou vivants – à affronter le mystère de la disparition terrestre. Ils se doivent d’affirmer la certitude de la Vie éternelle, justifiant ainsi la vigueur du motet « Lobet den Herrn« , la virtuosité qui caractérise le motet « Singet dem Herrn ein neues Lied« , ou encore le caractère confiant, rassurant du motet « Fürchte dich nicht« .

Ces trois motets ont en commun une construction en plusieurs parties qui s’enchaînent, et qui traduisent chacune des différentes parties des textes illustrés. Notons que pour les deux plus brillants (Lobet den Herrn et Singet dem Herrn), l’Alleluia final adopte un rythme ternaire, sorte de ronde dansante.

Le motet Fürchte dich nicht BWV 228 (à huit voix en double-choeur) aurait été écrit et donné en première audition en 1726 à Leipzig, dernier poste occupé par Bach. Le motet « Singet dem Herrn ein neues Lied » BWV 225 (également à huit voix en double-choeur) aurait été donné en première première audition à Leipzig entre 1726 et 1727. Quant au motet Lobet den Herrn     BWV 230 (à quatre voix), et dont on a perdu la partition autographe, aucune information ne permet de connaître les dates et circonstances de composition et d’exécution.

(source : Gilles Cantagrel, J.S. Bach, Passions, Messes et Motets – Fayard, 2011)

Les motets de J.S. Bach, tous écrits à Leipzig, pour le choeur de l’église Saint-Thomas, sont au nombre de 8, plus un motet apocryphe (d’origine obscure) :
1 – O Jesu Christ mein’s Lebens Licht (BWV 118a)
2 – O Jesu Christ meins Lebens Licht (BWV 118b)
3 – Singet dem Herrn ein neues Lied (BWV 225)
4 – Der Geist hilft unser Schwachheit auf (BWV 226)
5 – Jesu, meine Freude (BWV 227)
6 – Fürchte dich nicht (BWV 228)
7 – Komm, Jesu, komm ! (BWV 229)
8 – Lobet den Herrn alle Heiden (BWV 230)
9 – Sei Lob und Preis mit Ehren  (BWV 231)  (d’origine obscure)

 

Pour nous permettre d’attendre ce beau concert, ces belles voix, voici le motet BWV 229 ‘Komm, Jesu, komm !’, interprété par le Vocalconsort de Berlin, direction Daniel Reuss.

Rien de triste dans cette forme musicale destinée à accompagner le défunt dans sa vie éternelle. Il s’y déploie une grande variété d’expressions, des voix ciselées, vigueur et virtuosité, intériorité et jubilation exubérante, art du contrepoint.
Avec le choeur de chambre ‘Les TEMPERAMENS VARIATIONS’, sous la direction de Thibault Lam Quang, ces pièces célèbres de J.S. Bach prennent toute leur dimension spirituelle et le sens du sacré.
Le chœur, de 25 choristes, sera accompagné par un violoncelle, une contrebasse et l’orgue positif d’Helga Schauerte-Maubouet. Et l’éminent musicologue, spécialiste de J.S.Bach, Gilles Cantagrel présentera et commentera le concert.

Un moment fort des 25ièmes Saisons Musicales de Ritmy, à ne pas manquer !

LOGO GRAL JPEG

Ce concert est organisé conjointement par RITMY, et l’association GRAL à RICHEBOURG. 
 

Lien Permanent pour cet article : http://ritmy.fr/essais/concerts-2/tout-sur-les-25iemes-saisons/le-choeur-de-chambre-les-temperamens-variations-a-richebourg-le-8-mars-2015/